Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Joyeux anniversaire à Martin LARTIGUE, 69 ans,

Né le 2 juillet 1952 à Saint-Tropez (Var).
Son père est artiste peintre et sa mère est comédienne et chanteuse, son grand-pére est le célébre photographe Jacques Henri Lartigue.
Baignant dans le milieu artistique, c’est tout naturellement qu’il fera du cinéma en 1961 sous la direction d’Yves Robert où il sera le célèbre : Petit Gibus de : La guerre des boutons (Si j’avais su, j’aurais pas venu). Il récidivera encore en 1963 dans : Bébert et l’omnibus, on le verra aussi dans : Les mariés de l’an II en 1971 et enfin dans : César et Rosalie, La gifle, A ce soiron le verra aussi au théâtre (Vos gueules les mouettes de Robert Dhéry), il réalisera aussi un dessin animé (L’histoire du soldat) produit par Xavier Gélin. Pas très passionné par l’école, il passe des heures dans l’atelier de son père et de son grand-père et il se lance dans la peinture, il n’exposera qu’à partir de 1980. Il apparaît, comme lui-même, dans : A ce soir en 2004. Il a refusé de figurer dans le remake de "La guerre des boutons".
Depuis 20 ans, l'artiste vit dans les Landes où il participe activement au Festival d'Uzeste Musical.
Le 15 juin 2016, Martin Lartigue inaugure, à Sens, une résidence qui porte son nom, construite à la place d'une ancienne usine de boutons par le bailleur social Mon Logis. Martin Lartigue a eu l'occasion de faire découvrir sa peinture et présenter le film La guerre des boutons aux centres de loisirs de la ville de Sens.
Cinéma
1961 : La Famille Fenouillard : un garnement
1962 : La Guerre des boutons : Petit Gibus
1963 : Bébert et l'Omnibus : Bébert Martin (sous le nom de Petit Gibus au générique)
1971 : Les Mariés de l'an II : un volontaire
1972 : César et Rosalie : Lorca
2004 : À ce soir de Laure Duthilleul : Martin
Télévision
1967 : Les Aventures de Huckleberry Finn de Marcel Cravenne : Huckleberry
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article